Menu
Breadcrumb

Régime en éclusée

Dans les usines hydroélectriques fonctionnant par intermittence, on observe un changement périodique du débit du cours d’eau concerné, passant très rapidement d’un débit très élevé (éclusée) à un faible débit (onde négative). Ces variations brutales et totalement artificielles du niveau d’eau peuvent avoir des conséquences lourdes pour les cours d’eau :

  • baisse des peuplements piscicoles et macrozoobenthiques
  • réduction de la biomasse de poissons et de macrozoobenthos
  • modification de la composition des espèces macrozoobenthiques et piscicoles
  • augmentation du nombre d’organismes aquatiques (poissons juvéniles entre autres) qui dérivent ou échouent
  • Appauvrissement biologique de la zone soumise aux variations de débit, étant donné qu’une adaptation biologique à un assèchement de courte durée suivi d’une inondation n’est pas possible.

La CIPR considère que le régime en éclusées est nuisible sous l’angle de l’écologie fluviale et demande que soient mises en œuvre des mesures visant à atténuer les éclusées (par ex. régularisation du débit, ralentissement du reflux de l’éclusée).