Menu
Breadcrumb

Métaux lourds

Le terme « Métaux lourds » rassemble un groupe de métaux présentant des propriétés particulières. L'arsenic, le plomb, le cadmium, le chrome, le cuivre, le nickel, le mercure et le zinc entrent tout particulièrement en ligne de compte au niveau de la qualité de l'eau du Rhin.
Les métaux lourds sont utilisés dans de nombreux domaines, notamment dans l’industrie de la transformation des métaux où sont traités les matériaux pour acquérir les propriétés souhaitées. Ils adhèrent (adsorbent) aux matières en suspension et s'y accumulent. En petites quantités, ils peuvent être vitaux (essentiels) pour les organismes. De nombreux métaux lourds, également ceux qui sont essentiels, peuvent être nocifs ou toxiques pour les organismes même en faibles concentrations. Pour évaluer les concentrations nuisant aux organismes, on a fixé des normes de qualité environnementale au niveau de l'UE et on a défini des objectifs de référence.
Même si les concentrations de métaux lourds dans l'eau du Rhin et dans les matières en suspension ont baissé, certains d’entre eux - notamment ceux qui rejoignent les eaux par voie diffuse - affichent des teneurs encore trop élevées. Les normes de qualité environnementale fixées au titre de la directive cadre sur l'eau sont dépassées dans quelques cas. Les objectifs de référence fixés pour le zinc dans les matières en suspension sont toujours dépassés.

Zinc

Les principales sources de zinc sont l'industrie, l'exploitation minière, la combustion du charbon et l'incinération des déchets, de même que la sidérurgie. Ainsi, des tôles galvanisées sont utilisées par ex. sur les toits pour les tubes de descentes, les gouttières, les revêtements de cheminée et les lucarnes, mais aussi pour couvrir des toits entiers. Le zinc contenu dans les tôles transite par les égouts et rejoint ainsi le Rhin par différentes voies.

Les principales voies d'apport du zinc dans le Rhin sont les eaux usées urbaines épurées, les déversoirs d'orage, les amenées d'eaux mixtes combinées et les égouts non raccordés au réseau. Au niveau régional, le ruissellement provenant de surfaces imperméabilisées peut jouer un rôle important.

Répartition des apports de zinc sur les voies d'apport en 2010 (apport total 1 448 t)