CIPR – Commission Internationale pour la Protection du Rhin

La poursuite des efforts de réduction des pressions dans le bassin du Rhin reste une nécessité

Les pressions des substances polluantes sur les eaux régressent dans le bassin du Rhin depuis plusieurs décennies. Certaines substances continuent cependant à poser problème pour la qualité chimique et écologique des eaux. La CIPR les recense au travers de ses programmes d'analyse en continu et les Etats prennent des mesures de réduction des apports. A l'occasion de son Assemblée plénière, la CIPR axe ses travaux prioritaires sur les thèmes pointés par les ministres lors de leur 15ème Conférence ministérielle sur le Rhin d'octobre 2013 :

(1) la lutte contre les micropolluants, comme par ex. les médicaments, parfums et insecticides, dont la réduction constitue un nouveau défi à relever dans le cadre de la politique de protection des eaux ;
(2) la recherche de techniques performantes pour assurer la continuité piscicole tant en dévalaison qu'en montaison entre le delta et Bâle ;
(3) l'amélioration de la prévention des inondations ;
(4) les adaptations envisageables en matière de gestion des eaux du bassin du Rhin en réponse aux divers impacts probables du changement climatique.

On trouvera des informations plus détaillées dans le communiqué de la 15ème Conférence ministérielle sur le Rhin (d'octobre 2013), dans la brochure « Le Rhin et son bassin : un survol » et dans différents autres rapports de la CIPR à consulter sur le site www.iksr.org.

Luxembourg, les 1er et 2 juillet 2014
Des articles de presse s'étant fait l'écho de certaines préoccupations sur les pressions de polluants dans les fleuves européens, les délégués réunis à Luxembourg en Assemblée plénière de la Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR) ont rappelé les activités de surveillance des eaux et de réduction des apports polluants réalisées par la CIPR.
La CIPR dispose depuis longtemps d’un programme efficace de surveillance de la qualité chimique et biologique des eaux du bassin du Rhin. Ce programme de recensement et d'évaluation des pressions polluantes en continu permet d’orienter au niveau national les mesures de lutte ajustées à prendre à l'échelle du bassin.
Les substances dites micropolluantes sont désormais à l'ordre du jour. Bien que de grands programmes de dépollution aient été réalisés, la CIPR n'est pas sans savoir que les techniques épuratoires des stations dites conventionnelles à traitement mécanique et biologique n'interceptent pas ou qu'en partie les micropolluants présents dans les eaux usées. A ce propos, les Etats ont déjà convenu en Conférence ministérielle 2013 de Bâle de développer dans un proche avenir des activités visant à prévenir et réduire les apports de micropolluants. 
Parallèlement, la CIPR décide de mettre en œuvre un programme pilote d'analyse de la contamination des biotes/poissons par des polluants, ceci pour répondre dans la plus grande mesure du possible à la fois aux dispositions du droit alimentaire, du droit sanitaire et du droit de l'eau. En effet, un rapport sur la contamination des poissons du Rhin avait mis en évidence la nécessité d'un tel programme de suivi (voir rapport CIPR n° 195). La CIPR appuie les efforts des Etats visant à établir des recommandations de consommation aussi uniformes que possible pour les populations.

Dans un autre domaine, la CIPR multiplie ses travaux pour contribuer à améliorer la libre circulation des poissons dans le Rhin depuis le Haringvliet (NL) jusqu'à Bâle. Des experts se retrouveront ainsi à Colmar en septembre 2014 en vue d'identifier une solution technique au problème complexe que représente le franchissement par les poissons du barrage de Vogelgrun/Breisach. Par ailleurs, la CIPR travaille à la recherche de solutions pouvant permettre d'améliorer les conditions de dévalaison des poissons.

La rédaction des projets de 2ème Plan de gestion des eaux à établir au titre de la Directive Cadre Eau et de 1er Plan de gestion des risques d’inondation au titre de la directive relative à l'évaluation et à la gestion des risques d'inondation est engagée, afin que ces projets puissent être disponibles d'ici fin 2014.

On mentionnera pour finir que la remise à la CIPR du 1er 'European Riverprize' en septembre 2013 à Vienne la place automatiquement dans le panel mondial des candidats finalistes à l'attribution du 'Thiess International Riverprize 2014’ à Canberra. Dans ce cadre, la CIPR sera invitée à présenter en Australie le 15 septembre 2014 lors du 17ème 'International Riversymposium' les succès obtenus au travers de sa politique de restauration du Rhin et de son bassin versant.

Autres informations
Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR)
Ben van de Wetering
Tél. +49-(0)261-94252-17
Portable +49-170-4976861
ou
Anne Schulte-Wülwer-Leidig
Tél. +49-(0)261-94252-19
Portable +49-171-322 65 82
http://www.iksr.org  

En bref
La Suisse, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg, Etats riverains du Rhin, ainsi que la Commission Européenne, coopèrent ensemble dans le cadre d’une convention internationale au sein de la Commission Internationale pour la Protection du Rhin (CIPR). Le Président (actuellement le Néerlandais Gustaaf Borchardt) et les organes de la CIPR sont assistés par un secrétariat international dont le siège est à Coblence (Allemagne). Par ailleurs, le secrétariat apporte son soutien aux Etats du bassin du Rhin devant mettre en œuvre la directive cadre européenne sur l’eau (directive 2000/60/CE) et la directive européenne sur la gestion des risques d’inondation (directive 2007/60/CE). Dans cet esprit, la coopération transfrontalière a été étendue à l’Autriche, au Liechtenstein et à la Belgique/Région Wallonne. Les langues de travail de la CIPR sont le français, l’allemand et le néerlandais. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site de la CIPR www.iksr.org.