Mesure internes de surveillance dans les entreprises (photo : Carabay / Fotolia)

Plan d’Avertissement et d’Alerte ‘Rhin’

Si un accident vient à se produire en dépit de toute mesure préventive et/ou que des quantités importantes de polluants se déversent dans le Rhin, on a alors recours au Plan international d’Avertissement et d’Alerte ‘Rhin’ (PAA) qui avertit tous les Etats riverains du Rhin et en premier lieu les riverains en aval.

LE PAA ne se limite pas à la transmission d’avertissements déclenchés uniquement en cas de grave pollution des eaux à grande échelle, il est de plus en plus utilisé pour l’échange d’informations fiables sur les pollutions des eaux détectées par des stations de mesure sur le Rhin et le Neckar.

Le PAA distingue les avertissements, les informations et les avis de recherche.

Les avertissements sont déclenchés par les Centres Principaux Internationaux d’Avertissement (CPIA) en cas de pollutions des eaux impliquant des substances dangereuses pour les eaux et dont la quantité ou la concentration peut avoir un impact négatif sur la qualité des eaux du Rhin ou l’eau potable et/ou susciter un vif intérêt public.

Les informations sont émises pour donner entre autres aux CPIA des informations objectives et fiables, indépendamment des rapports des médias. Les informations sont par ailleurs transmises aux riverains du Rhin par le biais des CPIA, par ex. en cas de dépassement des valeurs d’orientation. L’information sert également à aviser, à titre de précaution, les usines chargées de l’approvisionnement en eau potable.

Les avis de recherche sont émis dans le but d’identifier le responsable d’une pollution du Rhin, c’est-à-dire en cas de résultats ne pouvant être clarifiés dans le cadre des compétences d’un CPIA donné.

Les avis de recherche ne sont pas comptés dans le total des déclarations quand ils ont également été communiqués sous forme d'information ou d'avertissement.

Les centres principaux internationaux d’avertissement du Plan d’Avertissement et d’Alerte Rin utilise les banques de données sur les substances suivantes, qui sont également accessibles au public : :

Type d’information dans la banque de données

Nombre de substances

Langue

Informations sur des substances dangereuses, destinées aux sapeurs-pompiers, aux services de police et aux offices de l’environnement

320.000

d

Banque de données sur les substances importantes pour la protection des sols et l’environnement

1.100

d

Banque de données axées sur la protection du travail et de la santé

20.000

d

Classification des substances en trois catégories de danger pour les eaux

2.000

d, e

 

 

 

Agrandir/réduire

AAAAA
 

Centres Principaux Internationaux d’Avertissement

Centres d’avertissement
Cliquer sur l’illustration pour l’agrandir